Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

L'obstruction du canal lacrymo-nasal c'est quoi?

L'un des symptômes oculaires qui dérange et inquiète le plus les gens est l'excès de larmoiement. Bien que dans de nombreuses situations d'exposition au froid ou au vent, il soit normal et très fréquent que les yeux pleurent, certaines personnes ressentent cette sensation en permanence.

On l'appelle l'épiphora, ou larmoiement continue, elle est dûe à une difficulté de drainage, et peut s'avérer un obstacle dans certaines tâches quotidiennes, devenant une pathologie qui nécessite d'être examinée par un ophtalmologue.

Le canal lacrymal est un système de drainage tubulaire qui recueille les larmes à travers de petits trous (appelés points lacrymaux) à l'extrémité la plus nasale des deux paupières et les canalise vers le nez.

Les larmes qui ne se sont pas évaporées sont vidées dans le nez à travers un système de tuyaux, les canalicules (sur les paupières), le sac lacrymal et le canal nasolacrymal.

Quand consulter?

L'obstruction de ce système de canaux provoque l'accumulation de larmes qui ne peuvent pas s'écouler dans le nez. L'œil a un excès d'eau et se retrouve défaillant face à la nécessité d'élimination des détritus.

Si le canal lacrymal est bloqué à un certain endroit sur son trajet, les larmes débordent et le patient pleure.

Quel traitement existe-t'il actuellement?

Les obstructions hautes (proximales) situées au niveau du point lacrymal peuvent être traitées avec des gouttes oculaires à la cortisone, dans le cas où l'obstruction est due à un œdème (gonflement) ou au moyen de techniques chirurgicales de punctoplastie permettant d'élargir l'orifice d'entrée.

Lorsque les obstructions du système lacrymal sont situées à une plus grande profondeur, appelées obstructions basses (distales), elles nécessitent toujours un traitement chirurgical connu sous le nom de dacryocystorhinostomie (DCR). Il existe plusieurs approches alternatives pour faire un nouveau trou de sortie pour les larmes vers la cavité nasale, afin de surmonter l'obstruction qui a été créée.

Dacryocystorhinostomie (DCR)
Elle est basée sur la création d'une nouvelle fenêtre osseuse dans l'os lacrymal qui fait communiquer le sac lacrymal avec le nez, et ce dans le but de surmonter l'obstruction.

DCR classique ou externe.
Une petite incision est réalisée dans la peau via laquelle nous formons un trou qui relie à nouveau le canal lacrymal avec le nez.

Comme on passe par la peau, le trou ou l'ostéotomie peut être de taille plus importante qu'avec d'autres techniques chirurgicales. La création d'un trou traversant permet une meilleure perméabilité du système lacrymal après la cicatrisation.

DCR assistée au laser diode.
Elle est réalisée avec des techniques laparoscopiques, à l'aide d'une caméra et d'un écran de télévision.

Une connexion entre le système lacrymal et le nez est créée à l'aide d'une petite sonde laser à diode qui est insérée à travers les points lacrymaux, de telle sorte que l'ostéotomie obtenue est plus petite qu'avec la technique externe mais permet d'éviter la plaie dans la peau des paupières.

Profesionnels qui traitent cette pathologie

Questions fréquentes

  • Votre canal lacrymal est probablement bouché. Le lacrymal est un conduit par lequel les larmes passent jusqu'à ce qu'elles atteignent le nez. Si il est obstrué (ce qui est un problème relativement fréquent), la larme n'a nulle part où s'écouler, c'est pourquoi l'œil pleure. Cela empêche l'œil de bien se nettoyer, ce qui favorise l'apparition de conjonctivites récurrentes (yeux rouges, sécrétions ...). De plus, la petite bossse qu'on appelle sac lacrymal, peut parfois s'infecter (dacryocystite) s'il ne peut pas bien s'évacuer. En présence de ces symptômes et si le diagnostic est confirmé après consultation, une intervention chirurgicale sera sans doute indiquée pour mettre fin à l'inconfort et éviter toute nouvelle infection.

  • Les larmes sont normalement drainées de l'œil à la narine sans se répandre sur le visage. Cette évacuation se fait via le canal lacrymal, un drain qui part d'un petit point sur la paupière inférieure et se dirige vers la fosse nasale à travers le sac lacrymal. Pour que le drainage lacrymal vers le nez se fassse correctement, il est nécessaire que le conduit ait la taille appropriée, de sorte que le flux lacrymal puisse traverser sans problème majeur et également que le point lacrymal soit bien positionné. En temps normal, le point lacrymal est collé au globe oculaire. Ce qui fait couler la larme le long de la paupière jusqu'à ce qu'elle atteigne le point lacrymal et commence sa descente vers le nez. Si ce point lacrymal n'est pas en contact avec le globe, les larmes ne trouvent pas la sortie normale et «tombent» sur le visage, ce que la personne perçoit comme un larmoiement. C'est ce qui arrive à votre mari : le point lacrymal s'est séparé de l'œil, c'est ce qu'on appelle un ectropion du point lacrymal, qui se manifeste sous forme de larmes continues. Bien qu'il s'agisse d'un problème très gênant, sachez que ce n'est pas en soi une pathologie grave et qui de plus peut se résoudre avec une chirurgie simple en ambulatoire, au cours de laquelle le point lacrymal est correctement repositionné, la paupière est tendue, permettant aux larmes de s'écouler normalement à nouveau et mettant fin à ce désagrément. 

Newsletter