Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

Qu'est-ce que c'est?

Un trou maculaire correspond à la formation d’une déhiscence (déchirure) qui touche le centre de la rétine, zone appelée la macula. Celle-ci apparaît généralement à partir de 50 ans et est plus fréquente chez les femmes. Elle peut être bilatérale chez jusqu'à 15% des sujets.

Son diagnostic est clinique, on observe le fond d'œil après dilatation des pupilles avec l'aide de lentilles à fort grossissement. Cependant, dans tous les cas, un scanner maculaire (OCT ou tomographie de cohérence optique) sera réalisé pour mesurer la taille et l'épaisseur du trou maculaire, dont dépendront le pronostic et l'éventuel traitement.

Symptômes

Les manifestations cliniques d'un trou maculaire sont très variables. Allant de patients étant totalement asymptomatiques en début de maladie, à d’autres qui souffriront d’une perte de vision sévère avec apparition d'une tache aveugle au centre du champs de vision (scotome).

La présence de métamorphopsie (perception d'images déformées et de lignes droites ondulées) et de macropsie et/ou micropsie (voir des objets plus gros ou plus petits qu'ils ne le sont réellement) est également très courante.

Un symptôme très caractéristique de cette maladie est de voir les lignes entrecoupées au centre, connu sous le nom de "signe de Watzke-Allen".

Causes et facteurs de risque

On pense que sa cause réside dans les tractions que l'humeur vitrée (liquide gélatineux transparent qui remplit le globe oculaire) exerce sur la macula lorsqu'elle se contracte, en raison d'un processus de vieillissement physiologique. Dans des conditions normales, à mesure que nous vieillissons, un décollement du vitré se produit, c'est-à-dire que la gélatine intraoculaire rétrécit et s'éloigne de la macula sans lui causer de dommages ni de conséquences sur la vision. Cependant, chez certains sujets, le cortex vitréen présente de fortes adhérences à la macula et une forte contraction focale de cette dernière, peut conduire à une déchirure du tissu maculaire et à la formation d'un trou maculaire.

On peut également souffrir d'un trou maculaire après un traumatisme oculaire par contusion, dans le cadre d'une forte myopie ou comme complication d'un œdème maculaire chronique.

Types

Il existe différentes classifications des trous maculaires:

-Selon leur cause: ils peuvent être idiopathiques ou séniles (associés au vieillissement), myopiques (qui surviennent chez les patients à forte myopie) et traumatiques (conséquence d'un traumatisme antérieur)

-Selon l'épaisseur de la rétine endommagée: ils peuvent alors être complets (lorsque le trou affecte toute l'épaisseur de la rétine) ou encore lamellaires (lorsqu'ils affectent partiellement l'épaisseur de la rétine), en s’associant généralement aux membranes épirétiniennes.

-Selon les résultats des OCT. Classification complexe dans laquelle nous n'entrerons pas.

Prévention

Il n'y a aucun moyen de prévenir la formation de trous maculaires, l'important est de les diagnostiquer à un stade précoce, moment où le traitement chirurgical s’avère très efficace. Pour cela, des examens ophtalmologiques périodiques sont recommandés, en particulier chez les patients qui ont déjà souffert de la même maladie sur l'œil controlatéral.

Traitements

Le traitement des trous maculaires est éminemment chirurgical.

Cette opération chirurgicale appelée vitrectomie est réalisée en ambulatoire et sous anesthésie locale. C'est une technique microincisionnelle, c'est-à-dire qui recourt à des incisions microscopiques qui ne nécessitent pas de suture. Il consiste à éliminer toutes les structures qui provoquent une traction sur la macula, que ce soit l'humeur vitrée, les membranes épirétiniennes ou la membrane limitante interne de la rétine (couche la plus superficielle de la rétine).

A la fin de la chirurgie, une bulle de gaz est injectée dans la cavité vitreuse (tamponnade intraoculaire) qui favorisera la fermeture du trou maculaire. Dans les jours qui suivent la chirurgie, les patients devront adopter une position adaptée (généralement assis ou tête baissée), plus ou moins stricte selon le type et la durée du gaz.

Les résultats chirurgicaux sont d'autant plus prometteurs si l'évolution de la maladie est moindre et le trou de petite taille. Dans les cas naissants, un pourcentage élevé de fermeture anatomique et une amélioration considérable de l'acuité visuelle sont atteints, par rapport aux cas plus évolués ou aux trous maculaires myopiques.

Profesionnels qui traitent cette pathologie

Questions fréquentes

  • La complication la plus fréquente de la chirurgie du trou maculaire est la formation de cataractes, par conséquent, il est de notre devoir de vous informer de le probable nécéssité d'extraction de la cataracte dans une période de 1 à 2 ans suivant l'opération. De ce fait, à partir de 50 ans, il est conseillé aux patients de réaliser une chirurgie combinée d'extraction de la cataracte et du trou maculaire, dans la même intervention chirurgicale.

    Il existe d'autres complications moins fréquentes et comparables à celles trouvées lors d'une vitrectomie pour d'autres raisons, telles que: la formation de déchirures, le décollement de la rétine ou les infections intraoculaires.

  • Pour une bonne fermeture du trou maculaire, il se doit d'injecter une bulle de gaz, ce qui explique que pendant les premières semaines les patients rencontreront des difficultés à voir. Progressivement et spontanément, ce gaz sera remplacé par un sérum transparent généré par les structures intraoculaires.

Plus d'infos

¿Vous avez des doutes ou des questions? N'hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements

Newsletter