Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

En quoi consiste le traitement?

La kératectomie photo-réfractive est l'une des techniques chirurgicales que le laser excimer utilise pour traiter certains défauts de réfraction tels que la myopie ou l'astigmatisme.

Comme les autres techniques laser, son but est de corriger les défauts de réfraction en modifiant la courbure cornéenne, qui est la cause de la plupart des myopies de bas grade.

La cornée est la lentille principale de l'œil et se situe à sa surface. Comme toute lentille, sa puissance dépend du degré de sa courbe.

Plus la courbure de la lentille est importante, plus sa puissance dioptrique est grande, c'est-à-dire plus elle a de grossissement. Nous pourrions faire une analogie avec une loupe, plus sa courbure est grande, plus le grossissement est important et, par conséquent, mieux on voit les objets proches et moins bien les objets éloignés, c'est ce qui se passe dans la myopie.

Si on diminue la courbure de la cornée, on va également diminuer sa puissance et donc on va réduire les dioptries de l'oeil.

Le laser fonctionne en réduisant l'épaisseur centrale de la cornée par rapport à la périphérie, provoquant ainsi une diminution globale de la courbure cornéenne. Le laser agissant à la surface du tissu à traiter, il faut d'abord retirer l'épithélium (peau fine qui recouvre la cornée) pour traiter directement le stroma (tissu rigide qui constitue l'essentiel de l'épaisseur cornéenne).

Bien que le but des différentes techniques chirurgicales au laser soit de réduire l'épaisseur du stroma cornéen, leurs différences résident dans la manière dont l'épithélium sera retiré.

Ainsi, la photokératomileusis, plus connue sous le nom de technique LASIK, utilise un autre type de laser (laser femtoseconde) pour effectuer une entaille dans le stroma antérieur sous l'épithélium, que nous soulèverons ensuite, afin d'appliquer le laser excimer (qui est celui qui réduit épaisseur cornéenne et corrige la myopie) qui peut par ce biai agir directement sur le stroma. Par la suite, la couche de stroma et d'épithélium que nous avions soulevée sera repositionnée puis cicatrisera d'elle même en 2 ou 3 jours. 

La principale différence entre les deux techniques est que la technique PRK effectue le traitement à la surface du stroma cornéen tandis que la technique LASIK le fait de manière plus profonde, ce qui nécessite une plus grande épaisseur cornéenne. C'est pourquoi la technique PRK est généralement utilisée lorsque le patient a une cornée plus fine ou moins résistante.

Quand cette technique est-elle indiquée?

 

En général, les techniques de chirurgie au laser sont indiquées pour corriger les myopies faibles, généralement inférieures à 7 ou 8 dioptries, selon les caractéristiques de la cornée (épaisseur, régularité, forme, résistance, etc.) qui seront déterminées après une série d'examens préopératoires complets.

Le traitement au laser, est utilisé en général pour corriger la myopie et l'astigmatisme en dessous de 6 à 8 dioptries. L'implant de lentilles intraoculaires demeurant la technique de choix pour corriger les myopies les plus élevées.

Le choix de la technique LASIK ou PRK dépend de plusieurs facteurs.

D'abord l'épaisseur et la résistance de la cornée, le PRK étant plus adapté aux cornées les plus fines ou les plus délicates.

De la même manière, en préservant plus efficacement la résistance de la cornée, le PRK sera privilégié pour les personnes qui dans leur vie quotidienne sont plus à risque de subir des impacts directs sur l'œil, comme la pratique de sports à risque ou de contact.

Alors pourquoi la PRK n'est-elle pas réalisée sur tous les patients qui souhaitent une chirurgie au laser? La réponse est simple: en raison du temps de récupération et de l'inconfort post-opératoire les jours suivants.

Le retrait de l'épithélium nécessite une nouvelle réépithélialisation, ou croissance d'une nouvelle peau, qui prendra environ trois jours, pendant lesquels le patient peut présenter une gêne et la vision peut ne pas être optimale, c'est pourquoi il est recommandé au patient de se reposer pendant cette période.

De plus, une fois la cornée réépithélialisée, l'augmentation de l'acuité visuelle jusqu'à atteindre la vision finale peut prendre de 3 à 6 semaines, alors qu'avec la technique au LASIK la récupération visuelle est généralement beaucoup plus courte, 2 ou 3 jours. Le résultat visuel deux mois après l'opération est analogue dans les deux techniques.

Un autre problème que la technique LASIK peut présenter est qu'elle peut affecter un peu plus la sensibilité de la surface de la cornée, ce qui se traduit par une plus grande probabilité de présenter des problèmes de sécheresse oculaire pendant la période post-opératoire chez les personnes prédisposées. Par conséquent, les problèmes de sécheresse oculaire avant l'opération constituent un autre argument en faveur de la technique PRK, par exemple chez les personnes qui ont beaucoup utilisé des lentilles de contact et pendant une longue période de temps.

Comment procède-t'on?

 

Techniquement, la chirurgie PRK est indolore et simple, encore plus que le LASIK. Il s'agit de retirer l'épithélium superficiel avec une éponge ou un autre instrument délicat, puis d'appliquer le laser excimer. Au total, l'intervention ne dépasse généralement pas 3 ou 4 minutes.

Une lentille de contact protectrice est ensuite placée afin de réduire les éventuels inconforts post-opératoires, elle sera retirée 3 ou 4 jours après l'opération. Il est possible à partir de ce moment de reprendre une vie normale. Être capable de mener une vie normale par la suite. Cependant même s'il est possible de reprendre une vie normale, la récupération de la vision ne sera probablement pas complète avant quelques semaines.

Résultats

 

Le résultat en termes de vision et de réduction dioptrique est excellent, analogue à d'autres techniques de réfraction telles que le LASIK.

Cependant, il faut se rappeler que la récupération totale de la vision peut prendre quelques semaines, pendant lesquelles le patient peut effectuer ses activités habituelles, sans lunettes, en attendant que la vision augmente progressivement jusqu'à ce qu'il atteigne la vision qu'il avait avec lunettes.

Risques possibles

La chirurgie réfractive cornéenne a un indice d'efficacité et de sécurité très élevé. Cela signifie que l'effet souhaité est obtenu dans la plupart des cas et est associé à un risque très faible.

Dans tous les cas, il faut comprendre que, s'agissant d'un acte médical chirurgical qui agit sur des tissus vivants et non sur des matériaux inertes, la réponse peut être variable d'une personne à l'autre. Par conséquent, un résultat à 100% ne peut pas être garanti dans tous les cas et l'intervention n'est pas non plus exempte d'une éventuelle complication.

Comme dans toute chirurgie, il faut toujours prendre des précautions pour éviter une éventuelle infection, d'où la nécessité de respecter strictement le traitement post-opératoire.

Comme mentionné précédemment, la récupération visuelle dans cette technique est plus lente qu'avec le LASIK car la cicatrisation superficielle peut provoquer un voile discret du stroma superficiel qui s'atténuera au fil des semaines. Ce processus de cicatrisation et de régularisation de la surface est généralement plus long lorsque le nombre de dioptries est élevé.

Dans certains cas, la sensation de sécheresse superficielle peut augmenter, notamment en cas d'utilisation prolongée de lentilles de contact avant la chirurgie, ce qui oblige à utiliser des lubrifiants oculaires pendant un temps plus ou moins prolongé en fonction des symptômes et du des conditions environnementales.

Professionnels qui réalisent ce traitement

Questions fréquentes

  • Bien qu'il soit peu probable d'avoir des problèmes de cornée lors de la pratique du sport en raison de l'opération, par précaution, si vous souhaitez subir une intervention chirurgicale, une technique, comme la PRK, est recommandée car elle préserve mieux la résistance de la cornée.

  • Bien que la plupart des patients ne ressentent généralement pas de douleur en période post-opératoire, les deux ou trois premiers jours, il peut y avoir des moments d'inconfort et de sensibilité à la lumière qui, ajoutés à la vision variable due à la réépithélialisation, rendent le travail inconfortable pendant ces quelques jours. Il est généralement recommandé de prendre une semaine de repos. La semaine après l'opération, en général, la vision est suffisante pour reprendre une vie normale, même si la récupération complète ne se produit que quelques semaines plus tard.

Newsletter