Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

De quoi s'agit-il ?

Il s'agit d'une inflammation de la cornée causée par un Acanthamoeba, un protozoaire que l'on trouve fréquemment dans le sol, dans la terre et dans l'eau, aussi bien dans l'eau de mer, du robinet que dans la piscine. Un Acanthamoeba se présente sous deux états : à l'état trophozoïte et à l'état kystique, ce dernier résiste aux environnements extrêmes afin de garantir sa survie.

Symptômes

Lorsque ce germe infecte la cornée, le patient présente des yeux rouges, une vision diminuée, une intolérance à la lumière, des larmoiements et, surtout, des douleurs oculaires.

Dans la phase initiale, l'épithélium cornéen, qui est la couche la plus superficielle, s'infecte et des lésions en pointillés apparaissent formant des lignes linéaires qui représentent les cellules épithéliales envahies par ce germe. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les couches plus profondes, telles que le stroma cornéen, sont envahies par l'Acanthamoeba et par des cellules inflammatoires, se manifestant par une opacité et une perte de transparence, généralement sous la forme d'un anneau.

L'une des manifestations typiques de cette infection est la névrite, l'inflammation des nerfs cornéens, à l'origine d'une douleur oculaire intense. Ces symptômes et ces manifestations sont très similaires à la kératite produite par le virus de l'herpès simplex, il est donc très important de garder ceci à l'esprit car le traitement est totalement différent.

Causes et facteurs de risque

Bien que l'Acanthamoeba se trouve dans pratiquement tous les endroits et environnements, la kératite à Acanthamoeba n'est pas aussi courante qu'on pourrait le penser. Le principal facteur de risque d'infection de la cornée d'une personne est le port de lentilles de contact, en particulier les lentilles souples.

Plus de 90% des patients atteints de kératite due à ce protozoaire portent des lentilles de contact. La plupart d'entre eux n'avaient pas une bonne hygiène avec leurs lentilles de contact ou se sont baignés en piscine avec leurs lentilles.

Prévention

Les personnes qui portent des lentilles de contact doivent prendre des précautions particulières pour prévenir l'infection à Acanthamoeba. Il est essentiel de maintenir une bonne hygiène des lentilles de contact, de leur étui et des mains lors de leur manipulation.

Laisser les lentilles de contact dans l'étui pendant plusieurs jours sans les utiliser ou sans changer le liquide désinfectant est également un risque puisque ces protozoaires peuvent proliférer dans ces mêmes étuis.

Le facteur de risque le plus connu pour les porteurs de lentilles de contact est le fait de les porter alors qu'elles rentrent en contact avec l'eau, que ce soit pour des activités en piscine ou en mer. Pour cette raison, le port de lentilles de contact pour les activités aquatiques est strictement interdit.

Traitement

Plus le traitement debutera tôt, meilleur sera le pronostic de la maladie. Cependant, le traitement pour l'Acanthamoeba qui est topique et se compose de divers types de collyres et de pommades peut avoir des effets indésirables sur les yeux. Pour cette raison, avant de traiter la kératite à Acanthamoeba, toutes autres causes doivent être exclues et le diagnostic doit être posé avec la plus grande certitude possible.

Malheureusement, à ce jour il n'est pas facile d'identifier rapidement l'Acanthamoeba sur la cornée. Des échantillons peuvent être prélevés sur la cornée du patient pour l'identifier à l'aide d'une culture spéciale ou d'une technique de biologie moléculaire appelée réaction en chaîne par polymérase, mais ces tests sont uniquement disponibles dans des centres spécialisés et leur coût est élevé.

Les kystes de ce protozoaire dans la cornée peuvent également être identifiés par tomographie cornéenne, bien que l'absence d'images de kystes n'exclut pas sa présence, et les images de kystes peuvent être confondues avec certaines cellules inflammatoires. Dans de nombreux cas, le diagnostic doit être posé cliniquement car cette maladie ne peut être exclue ou diagnostiquée objectivement.

L'un des deux collyres anti-acanthamoeba n'est pas disponible en Espagne, et doit être commander à l'étranger, avec l'autorisation du ministère de la Santé, tandis que l'autre n'est pas commercialisé et doit être spécialement préparé dans des centres ayant les moyens de le produire. D'autres collyres qui ont des effets adjuvants et qui soulagent la douleur oculaire doivent également être ajoutés dans le cadre du traitement. En raison de la résistance élevée de l'état kystique de ce protozoaire, le traitement de la kératite à Acanthamoeba doit durer au moins 4 à 6 mois.

Profesionnels qui traitent cette pathologie

Questions fréquentes

Newsletter