Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

Les membranes néovasculaires choroïdiennes, c'est quoi?

Les membranes néovasculaires (MNV) sont dûes à une croissance anormale des vaisseaux des capillaires de la choroïde (couche vasculaire qui irrige et alimente la rétine) qui progressent pour pénétrer dans la rétine, en particulier dans l'espace sous-rétinien. Ces vaisseaux sont très immatures et extrêmement fragiles, de sorte qu'ils saignent et laissent échaper du liquide, déconstruisant la macula (région centrale de la rétine) et provoquant une détérioration visuelle importante.

Symptômes

Les MNV ne sont pas douloureuses, bien qu'elles présentent de nombreux symptômes visuels. Il n'est pas rare qu'au début de la maladie et surtout si elle n'apparaît que sur un œil, que le patient puisse être asymptomatique.

En général, les patients viennent consulter parce que leur vision est devenue rapidemment floue et qu'ils rencontrent des difficultés à lire et à écrire, à estimer les distances et les profondeurs, la taille des objets et la perception des couleurs, entre autres symptômes.

De plus, l'apparition de métamorphopsies (perception d'images déformées et de lignes droites avec ondulations) est très caractéristique, conduisant à l'incapacité de reconnaître les visages, de conduire ou de coudre, etc.

Lorsque la maladie progresse, elle provoque l'apparition d'une tâche noire centrale (scotome) de taille variable selon l'avancée de la maladie. Il faut souligner que la vision périphérique est préservée dans la plupart des cas, ce qui permet au patient de conserver une certaine autonomie et indépendance dans les tâches quotidiennes qui ne nécessitent pas beaucoup de précision.

Causes et facteurs de risque

Les MNV sont plus fréquentes chez les personnes de plus de 50 ans et le risque augmente avec l'âge, la cause la plus fréquente étant la dégénérescence maculaire humide ou exsudative liée à l'âge (DMLA exsudative).

Un autre groupe de patients susceptibles d'être touchés par les MNV sont les myopes, dans ce cas on les qualifie de membranes néovasculaires myopes.

L'apparition de MNV est également fréquente dans les maladies qui provoquent des ruptures de la membrane de Bruch (couche la plus interne de la choroïde) dans le sens où cela facilite la prolifération de vaisseaux anormaux vers la rétine, c'est le cas des ruptures choroïdiennes traumatiques ou post-laser et des patients présentant des stries angioïdes.

Les maladies inflammatoires de la choroïde et de la rétine telles que la toxoplasmose, l'histoplasmose et la choroïdite multifocale, entre autres, peuvent également être compliquées par la MNV.

Dans les cas où nous trouvons des MNV sans cause apparente après une étude ophtalmologique minutieuse, nous la qualifirons de MNV idiopathique (c'est-à-dire de cause inconnue).

Types

On les distingue selon : 

  • Leur cause (comme nous venons de l'expliquer).
  • Leur emplacement par rapport à la macula (sous-fovéale - juste en dessous de la macula, juxtafovéale - près de la macula et extra-fovéale - à l'écart de la macula).
  • Leur aspect angiographique, qui peut être classique, caché ou mixte. À l'heure actuelle, cette classification tombe en désuétude, mais pas l'angiographie à la fluorescéine (AF), qui reste la technique diagnostique de choix. Ce test consiste à injecter un produit de contraste dans une veine du bras et à prendre des photographies du fond de l'œil. Par ce biai on peut observer la coloration de ces lésions car il s'agit de structures vascularisées qui capturent intensément le colorant.

Prévention

L'apparition des MNV ne peut être prévenue puisqu'elles sont associées à d'autres maladies sous-jacentes (forte myopie, uvéite, etc.) ou plus couramment au processus de vieillissement naturel et irréversible, comme dans le cas de la dégénérescence maculaire associée à âge exsudatif (DMLA).

Les examens oculaires réguliers sont recommandés et chez les patients ayant des antécédents familiaux de MNV, il est conseillé de faire des «auto-contrôles à domicile». Ces derniers sont réalisés avec une grille d'Amsler, un test facile à réaliser, il s'agit d'un cadre comprenant des lignes droites verticales et horizontales, qui en cas de torsion ou de tache, avertit le patient qu'il doit aller consulter dès que possible. 

Traitement

Actuellement, le traitement indiqué pour ce type de lésions, quelle qu'en soit la raison, est l'injection intravitréenne d'antiangiogènes. Ces derniers agissent en limitant la croissance des vaisseaux sanguins pathologiques, en réussissant à ralentir et dans certains cas même à arrêter la maladie, et donc à maintenir ou voire à améliorer la vue.

Profesionnels qui traitent cette pathologie

Questions fréquentes

  • Aucunement. Dans de nombreux cas, grâce à l'examen de la rétine (ophtalmoscopie), nous sommes en mesure de constater l'existence d'une MNV. Elles se présentent sous la forme de lésions surélevées, généralement de couleur grise verdâtre et accompagnées de sang ou d'exsudation (tâches jaunes). Par ailleurs, pour les cas où le doute demeure, nous pouvons réaliser une angiographie par tomographie (A-OCT), dont l'apport, sans pour autant avoir besoin de contraste, est comparable à une AF «conventionnelle»

  • Tant pour le diagnostic que pour le suivi, il est indispensable que le patient réalise des ophtalmoscopies. En plus, on peut réaliser un scanner oculaire, appelé tomographie par cohérence optique (OCT), qui nous montre non seulement la MNV, mais aussi les signes indirects de sa progression et nous guide dans le choix du traitement.

Newsletter