Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

En quoi consiste le traitement?

La thérapie photodynamique est un traitement qui consiste en l'injection intraveineuse d'un principe actif appelé vertéporfine et qui est ensuite activé pendant 83 secondes avec un laser non thermique.

Au cours de la séance, une lentille de contact est placée afin de situer le spot dans la zone qu'on souhaite traiter de la même manière que dans le traitement laser conventionnel. Des gouttes d'anesthésie sont administrées de manière à ce que le patient ne souffre pas d'inconfort au niveau de la cornée.

La durée de l'exposition au laser peut être réduite de moitié si nécessaire. Le traitement est ambulatoire et il est recommandé au patient de ne pas être s'exposer à la lumière du jour pendant deux jours car, s'agissant d'une substance photosensible, elle peut provoquer des blessures cutanées.

L'objectif de la thérapie photodynamique est de stimuler l'agrégation plaquettaire et de provoquer l'oblitération de la structure vasculaire à traiter.

Quand le traitement est-il indiqué?

Au début des années 2000, la thérapie photodynamique était le traitement de choix de la dégénérescence maculaire associée à l'âge néovasculaire, principale cause de cécité dans le monde occidental.

Ce fut le premier traitement à modifier l'histoire naturelle de cette maladie et ce fut une véritable révolution dans le monde de l'ophtalmologie. Malgré le traitement, la diminution de l'acuité visuelle persiste assez rapidemment.

Actuellement, ce traitement a été relégué à une seconde place thérapeutique, devancé par les injections intravitréennes de médicaments anti-VEGF qui permettent d'obtenir des résultats anatomiques et d'acuité visuelle nettement supérieurs à ceux obtenus avec la thérapie photodynamique.

Dans tous les cas, la thérapie photodynamique à la vertéporfine est encore clairement indiquée pour les sous-types de dégénérescence maculaire liée à l'âge, comme la maladie vasculaire choroïdienne polypoïde, mais elle est presque toujours associée à des injections intravitréennes.

Il en est de même pour la choroïdopathie centrale séreuse chronique. Ce sont les cas dans lesquels la condition ne se résout pas spontanément (comme cela se produit chez la plupart des patients) et où l'on souhaite accélérer la réabsorption du liquide stocké sous la macula.

La thérapie photodynamique à la vertéporfine sera indiquée pour l'hémangiome choroïdien circonscrit symptomatique, qui est la tumeur bénigne d'un tissu vasculaire situé dans la choroïde. Le résultat recherché est la réduction ou l'élimination du liquide stocké sous la macula, responsable de la diminution de l'acuité visuelle.

Risques possibles

S'agissant d'un type laser, bien que non thermique, il faut placer une lentille cornéenne. Dans de très rares cas, des altérations de la cornée telles que de légères érosions ou des kératites peuvent survenir. 

Une fois le traitement effectué, il est normal que le patient voit flou pendant quelques jours, puisqu'une l'inflammation de la rétine se génére temporairement mais sans laisser de séquelles.

Comme mentionné précédemment, le patient doit rester 48 heures sans être en contact avec lumière naturelle car elle pourrait générer des rougeurs de la peau et, dans les cas plus sévères, des plaies.

Il est recommandé que le patient quitte le lieu où il effectue le traitement avec des manches longues et un pantalon pour réduire l'exposition à la lumière. L'éclairage par des lampes halogènes à haute intensité comme dans la salle d'opération, le cabinet du dentiste ou les salons de bronzage doit être évité à tout prix.

Des hématomes peuvent également se former mais ils se réabsorberont quelques jours après l'injection intraveineuse.

Chez certains patients, il a également été possible de constater des maux de dos au moment de la perfusion du médicament. Cette douleur est généralement transitoire et ne nécessite aucun traitement.

La seule contre-indication absolue concerne les patients allergiques à la porphyrine.

Professionnels qui réalisent ce traitement

Questions fréquentes

Newsletter