Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

De quoi s'agit-il?

La névrite optique est une inflammation du nerf optique et une manifestation fréquente de la sclérose en plaques, une maladie inflammatoire-démyélinisante du système nerveux central.

La sclérose en plaques est une maladie neurologique chronique et invalidante qui touche principalement les jeunes adultes. Elle se caractérise par une inflammation et une démyélinisation des fibres nerveuses ainsi qu'une dégénérescence axonale.

Bien que la cause exacte de la maladie soit inconnue, nous savons qu'il s'agit d'une maladie auto-immune. Cela signifie que les cellules du système immunitaire vont attaquer sur les structures mêmes de l'organisme, dans ce cas la myéline.

La névrite optique peut être la première manifestation ou le premier foyer de la maladie chez 20 à 30% des patients et jusqu'à 50% des patients atteints de sclérose en plaques en souffriront au cours de l'évolution de la maladie

Symptômes

Les symptômes et signes de la sclérose en plaques peuvent être multiples et dépendront principalement des zones du système nerveux central où se produit la démyélinisation. Dans le cas de la névrite optique, on observe une inflammation et une démyélinisation du nerf optique.

Les symptômes typiques de la névrite optique sont principalement la «vision floue» centrale et l'altération de la vision des couleurs (particulièrement intense pour la couleur rouge) qui devient subaiguë en 7 à 10 jours. Jusqu'à 90% des patients auront une douleur rétrooculaire associée, qui est déclenchée ou aggravée par les mouvements oculaires.

Le diagnostic de névrite optique est fondamentalement clinique. Lors de l'examen ophtalmologique, on constatera un défaut pupillaire afférent relatif dans l'œil affecté, l'étude campimétrique mettra en évidence une diminution de l'acuité visuelle et un scotome.

Une inflammation pourra être observée au niveau de la tête du nerf optique ainsi qu'une papillite, mais fréquemment (jusqu'à 2/3 des patients) aucune altération ne sera identifiée, car l'inflammation se produit au niveau rétrobulbaire (derrière la tête du nerf optique ).

Traitement

L'épisode de névrite optique, comme toute manifestation de sclérose en plaques, peut être traité avec des corticostéroïdes intraveineux qui raccourciront la durée des symptômes et accéléreront la récupération visuelle.

Le traitement avec des corticostéroïdes n'influencera pas le pronostic à long terme ou la récupération fonctionnelle ou le risque de développer une sclérose en plaques à l'avenir.

En relation avec ce risque, différents essais cliniques ont montré que l'instauration d'un traitement immunomodulateur après un premier épisode évocateur de sclérose en plaques retarde l'apparition d'un second foyer de la maladie.

Prévention

Il s'agit de maladies qui ne peuvent pas être évitées, mais consulter des ophtalmologues et des neurologues spécialisés dans ces pathologies peut aider à mieux comprendre le risque particulier de chaque patient et à choisir la thérapie la plus appropriée pour chaque étape de la maladie. Le pronostic de la névrite optique est généralement bon, bien que dans certains cas, de petites perturbations visuelles persistent.

Une IRM cérébrale doit être réalisée chez tous les patients suspectés de névrite optique et la détection de bandes oligoclonales dans le liquide céphalo-rachidien aidera également à déterminer le risque de développer une sclérose en plaques. 

Profesionnels qui traitent cette pathologie

Newsletter