Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

De quoi s'agit-il?

La sécheresse oculaire est une maladie qui consiste en un déficit de quantité de larmes et / ou une détérioration de la qualité de celles-ci, produisant une inflammation de la surface de l'œil. Elle est généralement bilatérale et est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, en particulier pendant et après la ménopause.

Symptômes

Les symptômes des patients souffrant de sécheresse oculaire peuvent être une gêne, des picotements, des démangeaisons, des brûlures, une sensation de sécheresse et corps sableux, voire une vision floue et une fluctuation de l'acuité visuelle.

Ces symptômes sont généralement aggravés dans les environnements secs à faible humidité et dans les environnements venteux. Ils sont également aggravés lorsque le patient à le regard fixe et cligne peu des yeux.

Causes et facteurs de risque

La sécheresse oculaire est une maladie multifactorielle, c'est-à-dire qu'il peut y avoir plusieurs facteurs causaux. La cause la plus fréquente étant une perturbation hormonale entraînant une mauvaise fonction des glandes lacrymales et une diminution de la sécrétion lacrymale. La sécheresse oculaire peut être secondaire à des maladies systémiques, en particulier des maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde et le lupus érythémateux disséminé.

Les facteurs de risque de développer une sécheresse oculaire sont:

  • L'âge et le sexe. En vieillissant, les risques de développer une sécheresse oculaire augmentent, tout particulièrement chez les femmes.
  • L'utilisation de lentilles de contact, l'usage régulier de collyres, les antécédents de chirurgie oculaire.
  • Fermeture incomplète des paupières et clignements peu fréquents des yeux.
  • Maladies inflammatoires chroniques de la surface oculaire comme la conjonctivite allergique chronique et les brûlures oculaires.
  • Patient atteint d'une maladie auto-immune.
  • L'utilisation de certains médicaments systémiques chroniques tels que les antidépresseurs, les antihypertenseurs et les antihistaminiques, entre autres.
  • L'usage abusif de l'ordinateur ou d'autres appareils électroniques de lecture avec lesquels le patient devra fixer sa vue, provoquant une diminution de la fréquence des clignements, augmentant ainsi l'évaporation des larmes sur la surface oculaire.
  • Environnement sec, faible humidité ou venteux.

Types

Le film lacrymal se compose de 3 couches; la couche lipidique produite par les glandes de Meibomius situées dans les paupières, la couche aqueuse produite par les principales glandes lacrymales et la couche de mucine produite par les cellules à la surface de l'œil. Il existe 3 principaux types de sécheresse oculaire:

  • Le déficit de la couche aqueuse. Quantité insuffisante de larmes.
  • Le déficit de la couche lipidique. La quantité de larmes est normale mais on constate l'absence de la couche externe constituée de lipides qui empêche l'évaporation excessive du film lacrymal. Les larmes de ces patients s'évaporent immédiatement, provoquant une sécheresse oculaire par évaporation.
  • Type mixte combinant déficit de la couche aqueuse et de la couche lipidique. C'est le plus courant.

Prévention

Certains facteurs de risque de sécheresse oculaire peuvent être évités, comme l'utilisation excéssive d'ordinateurs, d'appareils électroniques de lecture et l'abus du port de lentilles de contact.

Si vous ne pouvez pas éviter l'utilisation l'ordinateur pendant de longues heures consécutives, vous devez cligner des yeux fréquemment pendant la lecture et vous reposer pendant 5 minutes toutes les heures pour éviter le développement de la sécheresse oculaire appelée syndrome visuel de l'ordinateur.

Traitements

La sécheresse oculaire est une maladie chronique pour laquelle il n'existe pas de traitement définitif. Le traitement comporte deux objectifs; éviter et guérir d'éventuelles lésions de la surface de l'œil causées par la sécheresse et atténuer les symptômes du patient.

Le traitement consiste à:

  • Substitiuer les larmes et augmenter la lubrification de la surface oculaire. On utilise des larmes artificielles, de préférence sans conservateurs, sous forme de collyre, gel ou pommade. Dans les cas les plus sévères, l'utilisation des dérivés sanguins du patient en collyre peut être option.
  • Éviter l'évaporation de la surface oculaire des larmes en utilisant des lunettes qui couvrent complètement les yeux, même sur les côtés.
  • Réduire l'inflammation de la surface oculaire causée par la sécheresse en utilisant des collyres anti-inflammatoires. L'utilisation de ce type de médicament doit être strictement contrôlée par un ophtalmologue car elle comporte des effets secondaires comme par exemple l'augmentation de la pression intraoculaire.
  • Améliorer et stimuler la fonction des glandes lacrymales de Meibomius des paupières, augmentant ainsi la couche lipidique afin de réduire l'évaporation du film lacrymal. Pour atteindre cet objectif, on peut recourir, de manière locale, à une thérapie par le chaud sur les paupières, à un massage des paupières ou à un nettoyage des bords des paupières. En parallèle, l'augmentation des oméga-3 dans l'alimentation quotidienne contribue également à améliorer la composition des larmes.
  • Améliorer l'état de l'environnement extérieur en augmentant l'humidité avec un humidificateur ou des récipients à eau pouvant contenir de grandes quantité d'eau, comme une bassine par exemple.
  • Le patient doit prendre conscience que le clignement des yeux est d'une grande importance pour la lubrification de la surface de l'œil et doit être effectué fréquemment, au moins 12 à 15 fois par minute.

Profesionnels qui traitent cette pathologie

Questions fréquentes

  • La sécheresse oculaire est une maladie chronique contre laquelle il n'y a pas de remède définitif. Les facteurs environnementaux et personnels tels que le manque de sommeil ou un mauvais sommeil, le stress et l'anxiété jouent un rôle très important dans la manifestation des symptômes. Si vous avez dormi 9 heures par jour et bien, que vous êtes détendus et qu'il pleut, il y a de fortes chances que ce jour-là vous vous sentiez mieux qu'une journée d'hiver avec le chauffage dans une maison fermée, alors que vous avez dormi 3 heures et que vous ressentez de l'anxiéte. Le patient doit observer et identifier les facteurs qui aggravent ses manifestations et essayer de les éviter et d'augmenter la fréquence d'instillation de larmes artificielles. Par exemple, si un matin vous vous levez en sachant que vous aviez très peu dormi la nuit précédente, vous devriez prévoir de faire une sieste pour que vos yeux puissent se reposer, et compenser le manque de sommeil de la nuit précédente.

  • Pas nécessairement. La sécheresse oculaire n'a pas de facteur héréditaire, de sorte que la sécheresse de votre mère ne sera pas transmise. Par ailleurs, les femmes, à l'âge de la ménopause sont plus sujettes aux risques de sécheresse oculaire.

Newsletter