Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

De quoi s'agit-il?

Le ptérygion et la pinguécula sont des dégénérescences de la conjonctive, la membrane transparente qui recouvre la surface de l'œil. Ils apparaissent généralement dans les zones exposées à l'environnement entre les paupières supérieures et inférieures et sont plus fréquents du côté nasal.

La pinguecula se manifeste par une petite bosse blanche ou jaunâtre juste à côté de la cornée, qui peut être plate et de forme triangulaire ou plus surélevée et ronde. En revanche, si cette croissance ou masse anormale dépasse et envahit la cornée, on parle de ptérygion.

On observe un tissu blanc, généralement triangulaire, se développer à partir du bord de la cornée avec l'apex dirigé vers le centre. L'invasion cornéenne peut être plus ou moins importante selon sa progression. Dans certaines régions d'Espagne, on l'appelle "le palmier".

Causes et facteurs de risque

Les principales causes de cette dégénérescence sont les rayons ultraviolets du soleil et du vent. Pour cette raison, cette pathologie est plus fréquente chez les habitants des pays tropiques. Les personnes qui travaillent en extérieur, comme les pêcheurs et les agriculteurs, sont plus à risque de développer la pinguecula et le ptérygion.

L'âge joue un rôle important dans le développement du ptérygion. Plus le patient est jeune, plus le risque que la pinguecula envahisse la cornée et se transforme en ptérygion est grand, et plus le risque de croissance du ptérygion est grand. Si le tissu de la pinguecula ou du ptérygion est charnu et épais, il est plus susceptible de se développer que si le tissu est plat et membraneux.

Symptômes

Généralement, cette pathologie ne provoque pas de symptômes sauf que, dans le cas de la pinguecula, le patient voit un tissu blanc jaunâtre ou une bosse dans la partie blanche de l'œil et dans le cas du ptérygion, le patient observe un tissu blanc qui envahit la cornée. Si la bosse est très surélevée, cela peut provoquer une gêne à chaque fois que le patient cligne des yeux. En cas d'irritation, la pinguecula et le ptérygion s'enflamment, provoquant un léger inconfort, une sensation de sable ou de corps étranger dans l'œil et une rougeur dans ces zones.

Prévention

La prévention pour éviter l'apparition, le développement ou inflammation de cette pathologie consiste à éviter d'exposer les yeux au soleil ou au vent. Protéger les yeux avec des lunettes de soleil qui recouvrent complètement les côtés est extrêmement important, surtout en été et dans les zones à haut niveau de rayons ultraviolets comme sur la plage, en mer ou sur la neige, où il y a beaucoup de réflexion solaire.

Traitement de la pinguécula et du ptérygion

L'utilisation de larmes artificielles permet de lubrifier la surface oculaire et d'atténuer les symptômes d'inconfort. Si la pinguecula et le ptérygion deviennent enflammés et rouges, l'utilisation de corticoïdes topiques, sous le contrôle d'un ophtalmologue, est indiquée.

La pinguecula n'a pas besoin d'être traitée chirurgicalement. Cependant, si le patient est fréquemment gêné ou sujet à des inflammations malgré des mesures préventives, une ablation chirurgicale est indiquée. Une chirurgie peut être également indiquée pour des raisons esthétiques.

Le ptérygion est extrait chirurgicalement lorsqu'il envahit la cornée de plus de 2 millimètres, taille qui menace d'occuper la zone centrale de la cornée, envahit l'axe visuel et peut affecter la vision. S'il est plus petit, la chirurgie du ptérygion n'est pas nécessaire sauf s'il provoque une gêne, si il est souvent enflammé ou enfin pour des raisons esthétiques.

Il existe plusieurs techniques pour éliminer le ptérygion. La technique la plus pratiquée aujourd'hui est l'ablation du ptérygion avec le nettoyage total des tissus de la zone, et la transplantation dans cette zone d'une conjonctive saine obtenue à partir d'une autre zone de l'œil, généralement de la zone supérieure.

Si le ptérygion est récurrent, que la conjonctive a déjà été utilisée lors de chirurgies précédentes et que vous n'avez plus de conjonctive saine à greffer, la membrane amniotique ou la muqueuse buccale peuvent être utilisées pour couvrir la zone où le tissu dégénératif et cicatriciel est retiré. Les médicaments qui inhibent la guérison tels que la mitomycine C peuvent également être utilisés en chirurgie dans les cas à haut risque de récidive, bien qu'ils puissent avoir des effets secondaires indésirables.

Profesionnels qui traitent cette pathologie

Questions fréquentes

  • Cette pathologie consiste en un processus dégénératif, une modification bénigne de la conjonctive. Aucun cas devenu malin ou qui aurait évolué vers un autre type de tumeur maligne n'a été observé.

  • La raison pour laquelle on n'extrait pas un ptérygion s'il est petit ou si le patient ne présente pas de symptômes, c'est qu'il existe un risque de récidive, de développement et de croissance du ptérygion. Il existe plusieurs facteurs de risque qui augmentent la possibilité de récidive du ptérygion, tels que la technique chirurgicale, l'âge et la race du patient, et l'apparence du tissu. Actuellement, la technique chirurgicale avec le taux de récidive le plus faible est l'ablation du ptérygion avec une greffe conjonctivale. En conclusion, l'ablation d'un ptérygion n'est jamais sans risque de récidive.

Newsletter