Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

En quoi consiste la chirurgie de l'iris?

L'iris, qui correspond à la couleur des yeux, est un muscle qui a un trou au centre appelé pupille. Ce muscle fait que la pupille change de taille en fonction des conditions d'éclairage, ce qui permet à la lumière de pénétrer plus ou moins dans la rétine. Il influence également la capacité de focalisation de l'œil.

Plus la pupille est petite, mieux les choses sont focalisées à distance, et quand il y a moins d'éclairage, elle doit être dilatée pour que plus de lumière entre et que nous puissions mieux voir dans des contextes sombres, comme la nuit.

L'iris peut être endommagé de plusieurs façons et avec la chirurgie, nous visons à reformer le diaphragme oculaire.

Quand cette chirurgie est-elle indiquée?

Lorsque l'iris a subi un traumatisme, ou quand il est affecté par des maladies de la cornée et du segment antérieur.

Elle peut également être indiquée quand l'iris cesse de fonctionner, on parle alors de mydriase paralytique, situation dans laquelle le muscle sphincter de l'iris ou le muscle dilatateur de l'iris est touché. L'iris qui peut également avoir été rompu ou sectionné, ou il peut même être complètement absent en cas d'aniridie.

L'aniridie peut être traumatique, si suite à un coup l'iris sort du globe oculaire, ou qu'il il est expulsé suite à un traumatisme. Dans le cas de l'aniridie congénitale, les patients sont nés sans iris.

La chirurgie de l'iris vise à essayer de reformer le diaphragme oculaire. Évidemment, restaurer la mobilité de l'iris lorsque l'iris a un problème neurologique dû à un traumatisme n'est pas à la portée de la science aujourd'hui, mais on peut implanter des iris artificiels ou on peut suturer l'iris en cas de perte.

En général, on distingue deux grands groupes de techniques, appelées pupiloplasties ou iridoplasties dans lesquelles, avec des sutures, on peut essayer de recomposer le diaphragme méridien, en suturant les fragments et en essayant de fermer les défauts, qui peuvent être petits ou grands.

Les iris artificiels constituent un autre groupe de techniques. Ces iris ou des secteurs d'iris sont implantés à l'aide d'une série de prothèses qui sont placées à l'intérieur du globe oculaire. Généralement, ce type de chirurgie est associé à une chirurgie de la cataracte ou une greffe de la cornée, car l'affectation du segment antérieur est souvent totale.

Comment procède-t'on?

Il s'agit d'une chirurgie réalisée sous anesthésie locale ou générale. Elle se pratique avec des sutures à travers de petites incisions pratiquées dans la partie périphérique de la cornée.

Si une greffe de cornée doit être réalisée, la chirurgie de l'iris est beaucoup plus facile puisqu'on dispose d'une ouverture d'environ 8 ou 8,5 mm, suturer l'iris s'avère également beaucoup plus simple.

En général, la chirurgie de l'iris n'est pas réalisée isolément sauf dans des cas tels que les tumeurs : comme pour l'irido-cyclectomie. Lorsque l'on constate des tumeurs iridiennes, qui sont généralement des mélanomes, il est également nécessaire de couper une partie de la racine de l'iris voire même du corps ciliaire.

Résultats

Les résultats sont généralement bons et, bien qu'on ne puissse rendre sa mobilité à l'iris dans le cas où le muscle sphincter est touché, nous pouvons essayer de créer une pupille d'une taille intermédiaire de 3,5 à 4,5 mm, qui offrira au patient une meilleure qualité de vision.

Ainsi, en général, les résultats sont généralement bons, mais ils dépendront toujours de l'état du tissu restant ou de l'affectation associée à l'altération de l'iris.

Professionnels qui réalisent ce traitement

Newsletter