Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

En quoi consiste le traitement?

 

Les micro-implants de drainage du glaucome, les techniques dites MIGS (chirurgie mini-invasive du glaucome) ou micro-invasives, sont les nouvelles options chirurgicales pour le contrôle de l'hypertension oculaire et le traitement du glaucome.

Toutes ont en commun une moindre manipulation des tissus oculaires, pour une securité et une efficacité. S'agissant de techniques moins invasives, elles comportent moins de risques et d'inconfort postopératoire pour le patient.

Au cours de la dernière décennie, plusieurs dispositifs chirurgicaux ont été développés pour le contrôle de l'hypertension oculaire et du glaucome. Pour être classés sous le terme MIGS, ils doivent répondre à ces cinq qualités:

  1. Un abord ab interno [de l'intérieur] qui préserve la conjonctive (bien que récemment des abords ab externes [de l'extérieur] soient envisagés).
  2. Qui sont peu traumatisants pour le tissu cible.
  3. Efficacité prouvée pour réduire la pression intraoculaire.
  4. Profil de sécurité élevé qui évite les complications majeures par rapport aux autres chirurgies du glaucome.
  5. Récupération rapide avec un impact minimal sur la qualité de vie du patient.

Quand ce traitement est-il indiqué?

Ces nouvelles méthodes chirurgicales peuvent bénéficier aux patients atteints de glaucomes à angle ouvert, à un stade de lésion glaucomateuse naissante ou modérée, et peuvent être une alternative à certains traitements médicaux et au laser.

Les MIGS sont à considérer également pour le traitement de deux pathologies, la cataracte et le glaucome, qui sont fréquemment associées dans une même intervention chirurgicale, favorisant le contrôle de la maladie.

Parmi les différents MIGS disponibles, les critères pour le choix d'une technique ou d'une autre dépendent essentiellement de l'état évolutif de la maladie, des caractéristiques oculaires telles que l'état de la conjonctive et de la cornée, ainsi que du degré d'amplitude angulaire.

Les patients atteints de glaucomes à des stades plus avancés sont candidats à d'autres techniques chirurgicales telles que les chirurgies filtrantes (trabéculectomie, sclérectomie profonde non perforante) et les dispositifs de drainage valvulaire (Ahmed ou Baerveldt, étant les plus représentatifs).

Comment procède-t'on?

 

Le glaucome est généralement dû à une augmentation de la pression oculaire elle même due à un excès de liquide (humeur aqueuse) lorsque les canaux de drainage de l'œil sont bloqués. La mission de ces dispositifs, constitués de matériaux biocompatibles, est de favoriser la filtration de cette humeur aqueuse, de rétablir l'équilibre entre son entrée et sa sortie et ainsi de réguler la pression intraoculaire.

Un injecteur est généralement utilisé pour les implanter. Comme mentionné, ces techniques chirurgicales peuvent être réalisées isolément ou associées à une extraction de la cataracte.

Résultats

Le principal résultat de ces micro-implants est d'abaisser la pression dans l'œil.

Par rapport au traitement par collyre hypotenseur, qui provoque des oscillations de la pression oculaire entre les doses et oblige les patients à être très cohérents dans l'appliquer de ceux-ci, les MIGS offrent des niveaux de pression plus réguliers.

Par rapport au reste des chirurgies filtrantes «classiques» pour traiter le glaucome, ces dispositifs ont l'avantage que la pose des implants soit plus courte, moins invasive et nécessite généralement moins de visites postopératoires.

Risques possibles

Ces nouveaux dispositifs évitent d'éventuelles complications. Les implants MIGS raccourcissent la durée des chirurgies, ainsi que la période postopératoire, la réduisant à quelques semaines. Cela se traduit par moins de risques pour le patient.

Généralement peu de complications surviennent pendant la chirurgie. De petits saignements peuvent survenir à l'intérieur de l'œil pendant l'intervenion. Dans ce cas, la vision pourrait être affectée et le patient verrait flou pendant quelques semaines jusqu'à que la résorption soit complète.

Comme dans toutes les chirurgies du glaucome, avec le temps, l'effet hypotenseur de ces implants peut perdre en efficacité. Dans la plupart des cas, cela se produit en raison de la cicatrisation des tissus et de l'apparition d'une fibrose. Si c'est le cas, des mesures supplémentaires doivent être mises en place pour contrôler la pression oculaire.

Bien qu'elles soient exceptionnelles, comme dans toutes les chirurgies, il existe un risque d'infection.

Professionnels qui réalisent ce traitement

Questions fréquentes

  • Après l'opération, l'œil est généralement enflammé et rouge pendant quelques jours. Un traitement avec des collyres anti-inflammatoires et des antibiotiques est prescrit pour prévenir l'infection et pour contrer l'inflammation. Il doit être suivi pendant quelques semaines suivant l'intervention.

    Il est fréquent que pendant les premiers jours ou semaines après l'intervention, la vision soit floue.

    Les activités physiques intenses doivent être restreintes pendant les premières semaines postopératoires, et nous recommandons une vie tranquille, évitant les efforts. Le temps d'arrêt dépend du travail effectué. L'arrêt maladie sera plus ou moins long en fonction du travail de chaque patient.

  • Les micro-implants de drainage du glaucome ne guérissent pas la maladie. Leur mission est d'essayer de contrôler la pression intraoculaire et ainsi d'arrêter la progression des lésions glaucomateuses, mais son implantation n'inverse pas les altérations déjà provoquées par la maladie, ni ne rétablit la vision perdue.

  • Ces opérations sont normalement effectuées sous anesthésie locale. Cela signifie que le patient est conscient, mais que le globe oculaire est endormi et que le patient ne ressent pas de douleur. Dans des cas spécifiques, une sédation ou une anesthésie plus profonde peuvent être administrées.

Newsletter