Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

En quoi consiste le traitement?

La chirurgie du strabisme est pratiquée sur les muscles extraoculaires, responsables des mouvements du globe oculaire. En se contractant, ils permettent à l'œil de "tourner" sur les 3 axes de l'espace. Les muscles agissent comme des «paires» ou des «rênes» de sorte que lorsque l'un se contracte, le muscle antagoniste ou contraire se détend pour permettre le mouvement.

Quand le traitement est-il indiqué?

Chez les enfants, lorsque la déviation persiste, malgré la correction optique (lunettes ou lentilles de contact) et le traitement de l'œil paresseux, et que cette ampleur s'avère importante, il est indiqué de procéder à un traitement chirurgical, pour éviter l'amblyopie et restaurer au mieux la vision binoculaire.

A l'âge adulte, il est indiqué d'opérer les strabismes qui provoquent une diplopie ou une double vision, un torticolis, une fatigue visuelle et un défaut esthétique et / ou un impact psychologique sur la qualité de vie du patient.

Il est important de souligner que lorsque le strabisme apparaît de manière aiguë chez l'adulte, il est indispensable de réaliser une étude complète du patient pour écarter toute pathologie sous-jacente (neurologique, traumatisme, tumeurs ...) avant de décider d'un traitement chirurgical.

Dans le cas de déviations de faible ampleur, il existe d'autres options thérapeutiques tels que la toxine botulique, les exercices de rééducation visuelle et les prismes.

Comment procède-t'on?

Lors de la chirurgie, l'ophtalmologue pratiquera une petite incision dans le tissu qui recouvre la partie antérieure de l'œil (conjonctive et capsule tenonale) pour accéder aux muscles.

En fonction de la direction de la déviation, la traction sera modifiée pour obtenir un alignement oculaire maximal. Il existe différentes techniques pour affaiblir ou renforcer un muscle, mais la plus courante si l'on veut «affaiblir» un muscle, est de modifier son insertion, de le replacer plus en arrière pour qu'il soit «plus détendu» et donc «tire» moins.

Lorsque ce que l'on cherche est de renforcer le muscle, le plus courant est de raccourcir sa longueur pour qu'il soit «plus tendu» et «tire» davantage. Le nombre de muscles à opérer dépendra du type de strabisme et des caractéristiques du patient (âge, vision de chaque œil, antécédents de chirurgies antérieures ...).

Il peut être nécessaire de pratiquer une intervention chirurgicale sur un oeil ou sur les deux et à travers de différentes opérations chirurgicales. 20 à 30% des cas peuvent avoir besoin de plus d'une intervention au cours de leur vie.

Chez les enfants, en raison de leur jeune âge, l'intervention est réalisée sous anesthésie générale, tandis que chez l'adulte, il est possible de recourir à une anesthésie locale. Dans les deux cas, la chirurgie se fait en ambulatoire, de sorte que le patient peut rentrer chez lui le jour même de l'intervention.

Résultats

Pendant la période post-opératoire, le patient aura les yeux rouges durant 3 à 4 semaines, présentera des larmoiements et un léger inconfort et devra bien se nettoyer l'œil avec une solution saline et appliquer des gouttes ophtalmiques antibiotiques et anti-inflammatoires pendant environ 20 jours.

Aucun bandage ou retrait de suture ne sera nécessaire car les points de suture sont résorbables de sorte qu'ils tombent d'eux-mêmes en 7 à 10 jours. Bien que cela dépende du degré de complexité de chaque cas, en général, le patient pourra reprendre une activité normale après quelques jours, si il évite les efforts physiques importants, les sports d'impact et la natation. Chez les jeunes enfants, il faudra attendre 15 jours avant de retourner à l'école.

Risques possibles

Comme toute procédure invasive, la chirurgie du strabisme n'est pas sans risques, bien que les risques soient rares puisqu'il s'agit d'une chirurgie extraoculaire, il n'en demeure pas moins important de les connaître : 

Intra-opératoire : risques propres à l'anesthésie, hémorragie, perforation sclérale, difficulté à isoler les muscles lors des réopérations.

Post-opératoire: infection, kystes ou cicatrices conjonctivales, réaction allergique à la suture, hypo ou hypercorrections de la déviation (mauvais alignement des yeux), diplopie (vision double).

La plupart de ces complications peuvent être résolues par un traitement médical, bien qu'une réopération puisse parfois s'avérer nécessaire.

Professionnels qui réalisent ce traitement

Questions fréquentes

  • Cela dépend de chaque cas, du type de strabisme, de la vision de chaque œil, des antécédents des chirurgies oculaires précédentes, de l'existence ou non d'une pathologie systémique sous-jacente ... Environ 30 à 40% des patients qui subissent une chirurgie du strabisme nécessitent généralement plus d'une intervention. Ce pourcentage élevé est dû au fait que dans la majorité des cas, le cerveau des patients atteints de strabisme n'a pas la capacité de vision binoculaire (voir avec les deux yeux en même temps), facteur qui contribue à garder les yeux alignés.

  • Il n'est jamais trop tard pour pratiquer une chirurgie du strabisme. Le succès de l'intervention à l'âge adulte est égal à celui réalisé chez l'enfant. L'intervention améliorera le parallélisme des yeux et donc l'aspect esthétique et la qualité de vie du patient. Cependant, il est important de garder à l'esprit que dans le cas d'un œil paresseux, la chirurgie n'améliorera pas la vision, car la période de développement visuel se fait de la naissance à l'âge 8 à 9 ans. Ce que nous n'apprenons pas à voir dans l'enfance ne sera pas récupéré plus tard à l'âge adulte.

  • Cela dépendra du type de travail que vous exercez et de la complexité du cas (un œil ou les deux yeux, chirurgies précédentes, nombre de muscles opérés, âge du patient ...) mais en général, l'inconfort post-opératoire est léger et les sutures sont résorbables, de sorte que après environ 15 jours, le patient pourra reprendre progressivement son activité professionnelle. Il faudra compter un mois pour que les rougeurs et l'inconfort disparaissent complètement.

Newsletter