Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

De quoi s'agit-il et quand le traitement est-il indiqué?

La vision se développe dès la naissance et se consolide vers 7-8 ans, au cours de ce processus, il est essentiel que l'image qui atteint le cerveau soit nette.

Si ce processus n'est pas effectué correctement et que la capacité visuelle d'un ou des deux yeux diminue, il provoque une amblyopie, également appelée «œil paresseux».

Pour traiter l'amblyopie, il faut d'abord en identifier la cause, corriger le défaut de réfraction à l'aide de lunettes ou de lentilles de contact, supprimer tout obstacle visuel (chirurgie de la cataracte, opacité cornéenne ...) s'il en existe, et faire travailler plus dur l '«œil paresseux».

Résultats

La possibilité de récupération de "l'œil paresseux" est élevée s'il est diagnostiqué et que le traitement se fait avant l'âge de 4 ans, âge à partir duquel l'efficacité du traitement diminue progressivement pour devenir pratiquement nulle après 9-10 ans.

Ce que nous n'apprenons pas à voir dans les premières années de notre vie ne pourra pas être récupéré plus tard à l'âge adulte. Ne pas agir à temps peut condamner l'enfant à avoir un œil paresseux à vie, c'est pour cette raison qu'un diagnostic précoce est vital.

C'est pourquoi tous les enfants, même s'ils ne présentent pas de symptômes, doivent réaliser un examen ophtalmologique complet chez spécialiste vers l'âge de 2-3 ans.

En général, les enfants n'aiment pas avoir leur bon œil couvert. L'implication des parents et des enseignants est essentielle pour que le traitement fonctionne.

Pour améliorer l'observance, nous devons essayer d'occuper l'enfant tout le temps qu'il porte l'occlusion, en faisant une activité qu'il aime. Une autre option, chez les plus jeunes enfants, c'est de coller un patch sur leurs poupées ou peluches préférées ou encore de décorer les patches avec de la peintures, même s'il y a aujourd'hui des modèles aux dessins et aux couleurs très variés, plus attrayants pour les plus petits de la maison.

Risques possibles

Parfois, des récidives peuvent survenir lorsque le port du patch est interrompu. Cependant, si le patient suit les instructions concernant le programme et le schéma d'occlusion et assiste à des contrôles réguliers chez son ophtalmologiste, cette complication est pratiquement nulle ou inexistante.

Bien que les matériaux actuellement utilisés dans les patchs soient bien tolérés même chez les enfants à peau atopique, une irritation cutanée périoculaire peut parfois se manifester. Pour minimiser et atténuer son apparence, vous pouvez utiliser une crème hydratante et à tour de rôle mettre un patch avec à un angle différent, ou encore utiliser des patchs de différentes tailles pour donner à la peau le temps de récupérer.

Professionnels qui réalisent ce traitement

Questions fréquentes

  • Idéalement, le patch doit être placé directement sur la peau. Si le patch est mis sur le verre des lunettes, l'enfant peut regarder au-dessus ou en dessous, et même sur les côtés, rendant la rééducation sensorielle inefficace. De nos jours, les patchs sont fabriqués avec des matériaux hypoallergéniques qui sont très bien tolérés.

  • Pour assurer une meilleure réponse au traitement, en plus de mettre le patch sur le "bon œil", il faut s'assurer qu'en l'utilisant, l'enfant stimule l'œil en question. Pour cela, il est recommandé d'effectuer l'occlusion dans la tranche horaire du matin, car l'enfant est plus actif, de préférence pendant les heures de classe, pendant la lecture, quand il est devant des appareils électroniques (tablette, consoles de jeux ... etc). Faire du patch une routine et l'utiliser lorsque l'enfant est reposé, de bonne humeur et en faisant une activité à son goût, garantira un meilleur respect de l'occlusion. Les enfants "protestent" souvent et hésitent à porter le patch. La participation de la famille et des enseignants est nécessaire pour un traitement réussi.

  • À ce jour, le traitement le plus efficace contre l'amblyopie, demontré par de nombreuses études scientifiques et soutenu par l'expérience d'ophtalmologistes spécialisés, est l'occlusion du bon œil par un patch. Il n'y a aucune preuve scientifique que la thérapie visuelle soit utile pour la rééducation de l'œil paresseux. La thérapie peut entraîner un diagnostic et un traitement retardés de certaines pathologies dans lesquelles le temps est un facteur fondamental de résolution, comme c'est le cas pour l'amblyopie.

Newsletter