Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

Une cataracte secondaire c'est quoi?

La cataracte secondaire, également connue sous le nom d'opacification de la capsule postérieure est la complication la plus fréquente après une chirurgie de la cataracte, elle survient dans 3 à 50% des cas dans les 5 ans suivant la chirurgie de la cataracte et résulte de la migration et la prolifération des cellules épithéliales vers la capsule postérieure, ce qui entraîne une diminution de l'acuité visuelle.

La chirurgie de la cataracte consiste à retirer le cristallin opaque et à le remplacer par une lentille intraoculaire, la capsule qui contient le cristalllin n'est pas déplacée. La capsule du cristallin est une fine membrane transparente qui entoure le cristallin. Pour extraire la cataracte, nous faisons une fenêtre dans la partie antérieure de la capsule, laissant la capsule postérieure intacte afin d'implanter la lentille. Cette capsule peut devenir opaque des mois ou des années après la chirurgie de la cataracte, conduisant à une cataracte secondaire.

Cette capsule peut devenir opaque des mois ou des années après la chirurgie de la cataracte, conduisant à une cataracte secondaire.

 

Symptômes

Les symptômes les plus fréquents de la cataracte secondaire sont une diminution de l'acuité visuelle des mois ou des années après la chirurgie de la cataracte, ce qui nuit à la fois à la vision de loin et de près; en plus de l'éblouissement face au soleil ou aux phares de la voiture la nuit et d'une diminution de la perception des couleurs.

 

Prévention

Les progrès des techniques chirurgicales, notamment le polissage des cellules épithéliales capsulaires lors de la chirurgie de la cataracte, et les avancées des différents modèles de lentilles intraoculaires permettent d'éviter ou de retarder ladite cataracte secondaire.

 

Tratamiento

Para restaurar la visión perdida, se realiza una abertura o ventana en el centro de la cápsula posterior (capsulotomía), mediante la aplicación de láser YAG.

La capsulotomía con láser YAG es un procedimiento sencillo, ambulatorio e indoloro. Se practica en pocos minutos, después de dilatar la pupila del paciente, bajo el efecto de unas gotas de anestésico y el paciente puede regresar a su domicilio de forma inmediata con un tratamiento en gotas.

La recuperación visual es completa (si no existen además, otras alteraciones oculares a nivel de la retina, de nervio óptico o corneales) y rápida, notando mejoría a las pocas horas. Pasados unos días realizamos una revisión ocular para comprobar la evolución y un examen para valorar la necesidad, o no de cambiar las gafas.  En cualquier caso, la capsulotomía mejorará en lo posible la visión.

A pesar de ser un procedimiento muy seguro, algunos pacientes relatan la visión de “cuerpos flotantes” en los días posteriores, posiblemente debido a pequeños fragmentos residuales de la cápsula que suelen reabsorberse y desaparecer en pocos días, aunque en casos aislados esta sensación puede persistir un tiempo más prolongado.

Es un tratamiento definitivo en una única sesión, aunque en casos muy excepcionales, se reproduce la opacidad, haciéndose necesaria la repetición del proceso.

Profesionnels qui traitent cette pathologie

Questions fréquentes

  • Non, la lentille est appuyée sur une surface connue sous le nom de capsule postérieure, et c'est la migration des cellules épithéliales sur cette capsule qui lui font perdre sa transparence, avec pour conséquence une perte de l'acuité visuelle.

  • La récupération est très rapide, pratiquement dès la fin de la procédure on peut déjà noter une amélioration au niveau visuel, mais l'amélioration est plus flagrante après quelques heures, lorsque l'effet des gouttes qui dilatent la pupille disparaît. La seule chose que vous remarquerez peut-être au début est la vision des corps flottants, mais elle est de nature transitoire.

Newsletter