Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

La chirurgie réfractive cornéenne au laser, c'est quoi?

On parle de chirurgie réfractive cornéenne au laser pour faire référence à l'ensemble des techniques chirurgicales qui utilisent le laser pour modifier la courbure de la cornée et corriger les défauts de réfraction de l'œil (myopie, hypermétropie et astigmatisme) et ainsi éliminer, ou au moins réduire, la dépendance de lunettes et / ou de lentilles de contact.

La chirurgie réfractive au laser, en raison de sa fiabilité et de sa sécurité, est la méthode la plus utilisée pour la correction des défauts de réfraction légers et modérés.

Défauts de réfraction

  • Astigmatisme

L'astigmatisme c'est quand l'œil est incapable de former une image nette à partir d'un objet car la puissance du système optique varie entre les méridiens de puissance la plus élevée et la plus basse.

  • Hypermétropie / Presbytie

Dans l'hypermétropie, les objets distants sont focalisés derrière la rétine, ce qui rend les objets proches flous.

  • Myopie

La myopie est une altération de la réfraction dans laquelle des objets distants sont focalisés devant la rétine et non dessus, produisant une vision floue de loin.

Puis-je être opéré(e)?

Lors d'une première consultation, l'ophtalmologue évaluera votre correction actuelle, votre état de santé oculaire et effectuera un examen complet de votre vue. En fonction des résultats, le type d'intervention le plus adéquat sera déterminé pour chaque cas.

Barraquer dispose de blocs opératoires et de salles de laser équipés des dernières technologies ainsi que d'un service d'urgence 24h / 24.

Pour pouvoir être opéré, vous devez remplir les conditions suivantes:

  • Avoir plus de 18 ans
  • Ne pas être enceinte
  • Ne pas allaiter
  • Avoir une correction stable
  • Ne pas souffrir de maladies oculaires qui contre-indiquent l'intervention
  • Ne pas prendre de médicaments qui interfèrent avec la cicatrisation.
  • Non existance de contre-indications après avoir effectué des examens préopératoires.

Techniques chirurgicales (PRK, LASIK, SMILE)

PRK (kératectomie photoréfractive)

  • Le laser peut être appliqué directement sur l'épithélium cornéen.
  • Il respecte largement l'architecture et la physiologie de la cornée, car il agit superficiellement.
  • C'est une procédure rapide qui se fait en une seule fois.
  • Une douleur est ressentie pendant quelques jours et la récupération visuelle est lente.
  • Indiqué chez les patients présentant des cornées fines, ainsi que chez ceux qui, en raison de leur profession ou de leurs loisirs, peuvent subir des impacts sur l'œil.

LASIK (kératomileusies in situ assistée par laser)

  • Pour éviter de blesser l'épithélium, une fine couche (volet) est soulevée, le laser est appliqué à l'intérieur (couche connue sous le nom de stroma cornéen) et enfin la couche est replacée.
  • Le lendemain, l'inconfort est minime et la vision est plutôt bonne.
  • Le traitement se fait en 2 fois, avec un intervalle de quelques minutes, et finit par provoquer un effet plus profond sur la cornée, ce qui peut affecter l'architecture et les nerfs cornéens.

SMILE (Extraction de lenticule par petite incision)

  • La courbure cornéenne est modifiée en sculptant une lame interne qui est retirée par une très petite incision.
  • L'épithélium est conservé de sorte que la douleur post-opératoire est quasi inexistante.
  • Les couches superficielles sont conservées intactes et les nerfs cornéens sont peu affectés, le risque d'ectasies et de sécheresse est moindre.
  • Intervention en une seule fois.
  • C'est la technique la plus dépendante du chirurgien et la récupéreration de la vision peut être un peu plus lentement qu'avec le LASIK.

Il est important de conclure en disant qu'il n'y a pas de meilleures ou de pires techniques dans ce domaine, car l'important est de spécifier laquelle d'entre elles convient le mieux à chaque patient. La clé réside dans un bon diagnostic. 

Aspects pratiques de l'intervention

Le préopératoire

  • Lors d'une première consultation, on évaluera votre correction actuelle et votre état de santé oculaire. Un examen sera effectué afin de dresser les principaux paramètres de la cornée.
  • En fonction des résultats, le type d'intervention le plus adapté sera déterminé pour chaque cas : chirurgie au laser de surface (PRK), chirurgie au laser de retrait de lenticule par petite incision (SMILE), chirurgie intrastromale au laser (LASIK). 
  • Vous devez suspendre l'utilisation des lentilles de contact au moins 15 jours avant l'intervention.
  • La veille de l'intervention, une série d'examens complémentaires sera réalisée pour confirmer les données précédentes et déterminer les paramètres de traitement idéaux.

L'opération

  • La chirurgie est en ambulatoire, mais vous devrez rester quelques heures à la clinique.
  • Quelques gouttes d'anesthésie topique sont appliquées avant l'intervention.

Professionnels qui réalisent ce traitement

Questions fréquentes

  • La chirurgie réfractive au laser est généralement pratiquée à partir de 18 ans en raison d'un certain nombre de facteurs, notamment:
    La chirurgie nécessite un minimum de collaboration de la part du patient pour éviter les complications intra-opératoires. C'est une chirurgie qui est normalement réalisée sous anesthésie locale alors que chez l'enfant, elle doit être réalisée sous anesthésie générale.

    Les défauts de réfraction, tels que la myopie, doivent être stables pour effectuer la chirurgie. Rappelons que l'opération corrige la myopie mais n'arrête pas son évolution, il faut donc que la myopie n'ait pas augmenté pendant une période minimale de deux ans, qui survient, dans la plupart des cas, à partir de 18 ans. Sinon, la myopie pourrait continuer à progresser, de sorte que l'enfant aurait à nouveau besoin de lunettes.

    Par conséquent, il est généralement recommandé de corriger la myopie et / ou l'hypermétropie avec des lunettes ou des lentilles de contact jusqu'à ce que le défaut soit stable. Dans certains cas très sélectionnés, dans lesquels l'enfant a une différence de correction significative entre un œil et l'autre, et en raison de circonstances particulières faisant qu'un traitement conservateur ne peut pas être suivi, pour éviter une amblyopathie ou un œil paresseux, des traitements chirurgicaux a été conduirts dans le passé avec des résultats variables.

Newsletter