Ce site utilise ses propres cookies et des cookies tiers. Certains de ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site. Pour autoriser ou limiter les catégories de cookies, ou pour obtenir plus d'informations, configuration personnalisée.

En quoi consiste le traitement?

La curiethérapie, aussi appelée brachythérapie qui vient du grec («brachys») qui signifie «proche», est un type de radiothérapie locale qui permet à la tumeur d'être irradiée à partir d'une source qui est en contact ou même à l'intérieur de l'organe affecté. L'isotope radioactif le plus largement utilisé est l'iode 125. En ophtalmologie, la source radioactive est placée au-dessus de la sclère (épisclérale), qui est la partie blanche de l'œil.

Quelles indications?

La première indication de la curiethérapie épisclérale est le mélanome uvéal, bien qu'elle puisse également être utilisée pour irradier d'autres types de tumeurs intraoculaires (rétinoblastome, métastases et tumeurs vasculaires de la rétine et de la choroïde).

Comment procède-t'on?

Il s'agit d'une intervention chirurgicale qui consiste à placer une plaque d'or chargée avec les isotopes radioactifs en contact avec le globe oculaire, à l'endroit de la tumeur. La taille de la plaque et la dose sont individualisées pour chaque cas, en fonction du type de tumeur et de sa taille.

Il est essentiel d'avoir une équipe bien coordonnée qui comprend un ophtalmologue expert et un radio-oncologue qui décide de la durée pendant laquelle la plaque doit être in situ. Après cette période (qui est généralement de 3 à 5 jours), la plaque est retirée.

Résultats

Pour un pourcentage élevé de cas, la tumeur sera guérit, mais pas immédiatement. Le patient doit suivre des contrôles cliniques et échographiques réguliers pour constater la régression de la tumeur. La disparition définitive de la tumeur est généralement atteinte après plusieurs mois.

Risques possibles

La radiation émise par la curiethérapie épisclérale n'affecte pas les autres organes ni les personnes qui l'entourent, puisqu'il s'agit d'une radiothérapie très localisée. En général, c'est un traitement avec peu d'effets secondaires indésirables.

Lorsque la tumeur est située dans la partie antérieure de l'œil, il y a un risque de développer une cataracte radiogène et dans les cas où une lésion est irradiée près de la rétine centrale ou du nerf optique, une rétinopathie radique ou une neuropathie peut apparaître, avec une diminution de la vision.

Professionnels qui réalisent ce traitement

Questions fréquentes

Newsletter